mardi 18 août 2009

La Secte des égoïstes d'Eric-Emmanuel SCHMITT

"On fait grand bruit de votre thèse. Vous auriez, paraît-il, soutenu que vous n'aviez pas de corps. Mais cela, rassurez-moi, avec quoi l'avez-vous dit ? Avec votre bouche ?"

9782253140504FS Le narrateur est un chercheur en philosophie qui, éprouvant un jour le besoin de lire un livre juste pour le plaisir, découvre par hasard l'existence d'un certain Gaspard Languenhaert qui aurait établi une philosophie égoïste. Ce dernier soutenait que tout ce qui l'entourait (les gens, le monde, donc) n'existait que grâce à sa propre pensée : en somme rien ni personne n'aurait de réalité, tout ne serait que le fruit de ses sens. Intrigué, le narrateur se livre à des recherches sur cet étrange philosophe du XVIIIè siècle et très vite ces recherches s'apparentent à une enquête tant les pistes semblent brouillées voire faussées.

La 4è de couverture annonce un récit "emportant le lecteur dans des vertiges hallucinants". Je suis pourtant amatrice des récits d'Eric-Emmanuel Schmitt mais je dois avouer que j'ai plus baillé que je n'ai été transportée par ce roman ! Je me suis même carrément ennuyée durant les 50 premières pages de La Secte des égoïstes, jusqu'à ce que mon intérêt soit relancé (malheureusement brièvement) par une petite carte adressée nominativement au narrateur et glissée à l'emplacement du fichier d'un document sur Languenhaert. J'ai cru alors que le récit allait prendre des allures de jeu de piste, mais non, du moins pas vraiment.
schmitt_ee L'idée de ce roman est pourtant originale, certains passages sont franchement cocasses (notamment vers la fin lorsque Gaspard soutient qu'il est Dieu lui-même) mais dans l'ensemble j'ai trouvé que le roman reste superficiel, comme inabouti. Heureusement que j'ai lu et aimé d'autres œuvres d'Eric-Emmanuel Schmitt car si celle-ci avait été ma première lecture, je ne suis pas sûre que j'aurais eu envie d'en lire d'autres.

Une idée originale mais un roman décevant

8 commentaires:

Stephie a dit…

J'aime cet auteur mais tu me fais peur : pas le temps de m'ennuyer 500 pages en ce moment ;)

Eloah, la Cuisinière Aux Deux Mains Gauches a dit…

@ Stephie : 50 pages d'ennui, Stephie (et non 500), c'est déjà pas mal sur un livre qui fait moins de 150 pages ! :-) Mais en effet, je me permets de ne pas te le recommander, tu as de meilleures rencontres romanesques à faire.

Mango a dit…

Merci de prévenir! Comme en général, j'aime cet auteur et que le titre me plaît bien, j'aurais tentée un jour ou l'autre et je sens bien, à lire ton résumé, que j'aurais aussi été déçue!

Stéphanie a dit…

Tiens, j'avais bien aimé, moi, même si c'est en effet une lecture facile.

Mango a dit…

"été tentée" mais tu auras compris quand même! :)

Eloah, la Cuisinière Aux Deux Mains Gauches a dit…

@ Mango et Stéphanie : voici bien la preuve que les avis divergent et c'est tant mieux ! C'est là tout l'intérêt de la littérature !

Anonyme a dit…

Après avoir détesté "Oscar et la dame rose" je me suis promis de ne plus relire cet auteur. Mais Emmyne me jure que "L'évangile selon Pilate" est un livre excellent, alors je l'ai réservé à la bib... on verra bien...

Eloah, la Cuisinière Aux Deux Mains Gauches a dit…

@ Ys : je n'ai pas lu L'Evangile selon Pilate (je l'ai chez moi, pourtant !) : mon préféré reste Quand j'étais une œuvre d'art.
J'ai hâte de lire ta note sur L'Evangile ... !