dimanche 3 juillet 2011

*°°*

Le temps libre pour blogger est revenu mais pas l'envie ... Les livres et albums à chroniquer s'empilent, quelques pages de scrap attendent d'être photographiées, j'ai même deux recettes sous le coude, mais voilà, j'ai aussi une immense envie de ... rien, de vide, de silence. L'envie de blogger reviendra demain, ou dans un mois, ou dans un an, ou jamais, on verra !

dimanche 26 juin 2011

Canopée de Karine Bernadou

Dans Canopée de Karine Bernadou (éditions Atrabile), il n'y a pas un mot et pourtant cette bande dessinée dit tant de choses qu'on n'en sort pas indemne. 
Une petite fille grandit, grandit si bien qu'un jour elle doit quitter le cocon familial. Sa mère lui bande les yeux et la conduit à l'orée d'une forêt où elle la laisse seule affronter le monde. D'errance en rencontres, la jeune fille fait son chemin, à la fois initiatique et régressif puisqu'à chaque fois que sa route croise celle d'un homme, elle rêve ensuite de son père qui a quitté le foyer quand elle était petite. Elle croise d'étranges personnages, du jardinier qui plante (puis récolte et cuisine !) des morceaux de femmes à l'homme sans visage qui vole celui des autres et elle doit lutter pour préserver son intégrité. 

Malgré des images parfois crues et un parcours chaotique, ce récit, uniquement narré par de petites images noires, blanches et rouges, est très poétique. Alors que j'ai eu beaucoup de mal à y entrer et à m'y plaire, je me suis peu à peu laissé séduire jusqu'à être émue par ces personnages de solitaires qui ne subsistent pourtant que dans la rencontre avec l'autre. Toute la force de cette bande dessinée est de nous mener, sans un mot, dans une histoire qui nous happe, nous fascine (au sens premier d'hypnotiser par le regard) et nous laisse tout troublé à la fin.

Merci beaucoup beaucoup à Babelio et aux éditions Atrabile pour cette belle découverte !

dimanche 19 juin 2011

Le RDV scrap du dimanche

Parler de scrap ici le dimanche devient un rituel, d'où cette nouvelle rubrique !
Mes pages monochromes m'ont valu l'élimination du tournoi Clean & Simple mais ça ne m'a pas empêchée de continuer à scrapper ces deux dernières semaines.
La semaine dernière, j'ai participé au live du forum Tempor'elles qui proposait un défi "au moins 1". Sur notre page, il fallait mettre au moins 1 photo, au moins 1 morceau de scotch, au moins 1 agrafe, au moins 1 papillon, au moins 1 tag, au moins 1 papier imprimé, au moins 1 timbre, au moins 1 chose perforée et au moins 1 tâche. Ca fait beaucoup !! J'ai eu du mal à démarrer ma page, j'en ai même testé plusieurs avant de me décider mais finalement elle me plaît bien :




Cette semaine, c'est sur le forum Bulle 2 scrap que j'ai participé à deux défis. Le premier consistait à attraper au vol un sketch + un combo, à réaliser une page puis à proposer un nouveau sketch et un nouveau combo pour la volontaire suivante. Voici de quoi j'ai hérité :




et voici ce que j'en ai fait, avec le sentiment qu'il manque quelque chose à ma page mais quoi ?


Dernier défi en date, toujours sur Bulle 2 scrap : le "voir triple" avec trois papiers, 3 photos, 3 tampons, 3 brads (remplacés chez moi par 3 oeillets et 3 étoiles), 3 étiquettes, un titre en 3 mots (j'ai ajouté avec 3 écritures différentes) :





L'autre jour, une collègue me demandait quel intérêt je trouve à scrapper et je n'ai pas trop su quoi lui dire  ... La réponse est pourtant évidente : la semaine a été difficile mais dès que je m'installe à mon bureau et que je sors mon matériel, je me détends ! Cet "intérêt"-là me suffit !

lundi 13 juin 2011

Entre deux gouttes d'eau

Hier, on a fait comme si c'était le printemps et qu'il faisait beau, comme si la varicelle était enfin partie, comme si on découvrait Paris ...










jeudi 9 juin 2011

Le Bouc-émissaire de Daphné DU MAURIER

Après mon coup de cœur pour Rebecca, j'avais envie de lire très vite un autre roman de Daphné Du Maurier et mon choix s'est porté sur Le Bouc-émissaire, trouvé à la bibliothèque. Si je n'ai pas été emportée par le récit de la même manière que je l'ai été pour Rebecca, il m'a tout de même fallu deux semaines pour parler de ce livre et durant ces deux semaines, tous les livres que j'ai ouverts me sont tombés des mains ! Ce n'est dons pas vraiment un coup de coeur mais un livre qui m'a tout de même fait un sacré effet ...

John est un anglais amoureux de la France, célibataire, solitaire malgré lui. Jean est un comte normand, chef d'une famille dont il ne veut plus. Quand les deux hommes se rencontrent par hasard dans un bar, tous deux restent stupéfaits : ils sont l'exact portrait l'un de l'autre ! Ils passent la soirée à se raconter leur vie (enfin, c'est surtout John qui se livre), passent la nuit dans le même hôtel. Au petit matin, Jean s'est envolé avec toutes les affaires de John ! Un chauffeur se présente pour ramener Monsieur le Comte à son château ... Persuadé que la supercherie sera vite déjouée, John endosse le costume de son sosie mais personne, hormis le chien, ne se doute de quoi que ce soit et il se retrouve à vivre la vie d'un autre. Il découvre une famille qui souffre, en grande partie à cause de Jean. D'abord indifférent, il se prend peu à peu d'affection pour chacun et tente de faire changer l'image de Jean mais la tâche est ingrate tant il est difficile de se glisser dans la peau de quelqu'un qu'on n'est pas et qu'on connaît à peine ... 
Quel roman ! Même si le début en fait un récit fantastique, on oublie très vite cela tant la vie au château, les portraits de chaque personnage, les relations entre eux, leur situation sociale sont d'un réalisme étonnant. La complexité des situations empêche le lecteur de vraiment prendre partie : on ne parvient ni à blâmer Jean d'avoir abandonné les siens et mis John dans une posture inconfortable, ni à dédouaner John de toutes les erreurs qu’il commet pas plus qu'à lui en jeter la pierre. Malgré l'improbabilité de vivre une telle situation, je me suis sans cesse demandé ce que je ferais à la place des personnages. Tout au long de la lecture, la tension pour deviner comment cela peut bien finir est forte et, pour ma part, je crois bien que j'aurais aimé que ce récit ne finisse jamais !
Il va me falloir très vite un autre livre de cet auteur ... !

mercredi 8 juin 2011

Le grain de sel des Demoiselles # 32

Voici un album emprunté à la bibliothèque complètement au hasard et qui nous a troublées autant que séduites, de la plus petite à la plus vieille grande !

Quidam s'applique à se démarquer des autres en faisant le contraire de tout le monde, jusqu'au jour où il voit son reflet dans une vitrine et où il se rend compte que, finalement, il a la même tête que tout un chacun. Il en fait des cauchemars toute la nuit, "se voit en mannequin vendu par milliers au supermarché". 

Au réveil ... il n'a plus de tête ! Il a beau la chercher partout, sa tête reste introuvable. Quand il sort dans la rue, les gens ont peur. Il décide alors de remplacer sa tête par autre chose : d'abord une horloge (mais tout le monde court en lisant l'heure sur sa tête, pour ne pas être en retard), puis en ballon (mais les enfants veulent jouer avec), en poste de télévision (mais les passants s'arrêtent pour regarder le programme), puis en arrosoir (mais il se lasse vite de mouiller les autres) ... Il tente d'autres expériences mais aucune ne lui convient et il regrette sa tête, même si c'est celle de Monsieur Toutlemonde.



Quand il la retrouve enfin, il se trouve et apprend à s'aimer, ce qui lui permet de s'ouvrir enfin aux autres et de tomber sous le charme d'une jeune femme.

Tête en l'air de Carl Norac et Beppe Giacobbe (chez Rouergue) est un album très surprenant, tant par son histoire que ses illustrations plutôt graphiques. Il a un peu effrayé ma Grande Demoiselle, ce qui ne l'a pas empêchée d'en réclamer la lecture mainte fois, tant elle était aussi intriguée par ce drôle de personnage. Il peut plaire également aux plus grands et donner lieu à un échange sur l'être et le paraître, l'individualité et la personnalité. C'est un grand coup de cœur pour nous !